Le test de pompage à la découverte duquel Lhoist invite les familles « en toute transparence » ce dimanche 27 octobre en leur offrant « boissons et collations » est interdit par la justice et vise la destruction d’une ressource en eau des Rochefortois.

Dans « Le Courrier de Rochefort » du 17 octobre, Lhoist lance l’invitation à une journée porte-ouverte dénommée « Les pompages de Lhoist en toute transparence ». Le carrier invite les familles rochefortoises à visiter le dispositif de pompage de l’eau installé pour le test de pompage Tridaine qui a permis d’éviter une pénurie d’eau en 2017, 2018 et 2019 à Rochefort (sic).

L’abbaye Notre-Dame de Saint Remy de Rochefort se doit de dénoncer à nouveau les mensonges de Lhoist . Prétendre que les pompages ont permis d’éviter des pénuries d’eau aux habitants de Rochefort depuis 2017 est une affirmation contraire à la vérité.  Les essais de pompages n’ont débuté qu’en juin 2019. C’est le puits JE77 en fond de carrière qui avait été réquisitionné en 2017 et 2018 par la Ville et non l’installation de pompage nouvellement mise en place pour les essais. Et en 2019, la source n’a pas été tarie par la sécheresse, mais par les pompages précipités de Lhoist, qui savait pourtant en les débutant qu’un jugement serait prononcé quelques semaines plus tard.

Quant à la transparence revendiquée par l’industriel, l’abbaye Notre-Dame de Saint Remy de Rochefort constate que les informations scientifiques sur ces « pompages », revendiquées sans succès depuis le début des tests au mois de juin par l’Abbaye et par la Ville, sont, elles, conservées dans le plus grand secret sans que personne ne s’en étonne ni ne s’en inquiète.

Lhoist a débuté ses essais de pompage en juin 2019. Il faut se rappeler que ces essais n’ont d’autre utilité que de vérifier la faisabilité de la destruction du massif calcaire qui alimente la source, et donc aussi la destruction de la source. Ces pompages ont donc tari la source. Ils auraient dû être arrêtés suite à la décision du Tribunal de 1ere instance de Marche du 1er août 2019. Ils se poursuivent suite à la réquisition par la Ville de la batterie de pompage de Lhoist pour alimenter Rochefort en eau potabilisable jusqu’à ce que la remonté de la nappe phréatique soit suffisante pour assurer à nouveau l’approvisionnement gravitaire naturel de la source de Tridaine .

Pourquoi plus le JE77 ?

Pourquoi poursuivre les pompages sur les nouveaux puits de forage et ne pas revenir au pompage sur le puits JE77 en fond de carrière ? Celui qui a alimenté la Ville en 2017 et 2018 dans les périodes de sécheresse.  «On se le demande »,  déclare Frère Jean-Paul de l’Abbaye. «En effet, comment ne pas voir là un prolongement des essais de pompage pourtant interdits par la justice. Mais la supercherie ne s’arrête pas là. En effet, Lhoist fait croire que les tests se sont bien passés et que tout va bien. Mais nous avons constatés à plusieurs reprises de gros changements dans l’eau, au point que la Ville a dû à un moment fermer les vannes d’accès au réseau de distribution, et que l’Abbaye a dû récemment alerter la population que l’eau du trop-plein de Tridaine, à laquelle certains s’alimentaient de longue date, n’est plus potable (voir le courrier de Rochefort de ce 17 octobre, n° 20). Mais là, à nouveau, Lhoist refuse de communiquer ses données scientifiques au comité d’accompagnement des pompages. Et maintenant, l’industriel voudrait au travers de ses portes ouvertes faire étalage de sa « transparence » avec les riverains et faire la propagande d’essais contraires à une décision judiciaire.

Malgré nos courriers tant à la Région wallonne qu’à la Ville de Rochefort, rien ne change. Sous le couvert de la réquisition, les essais de pompage sont poursuivis ».

Il a été constaté par ailleurs que ces essais de pompage ont été à l’origine d’un gaspillage d’eau révoltant durant cette période de sécheresse. En effet, l’eau livrée par Lhoist à Tridaine en substitution de l’écoulement naturel est une eau reconstituée par des mélanges artificiellement opérés. Ce procédé crée de l’eau excédentaire que Lhoist doit rejeter dans la nature, alors que l’état d’alerte est déclaré sur tout le territoire wallon, tandis que le massif calcaire opère ce mélange naturellement et sans gaspillage.

Lhoist détourne la vérité en plus de détourner l’eau et de vouloir détruire Tridaine qui serait remplacée par un système de pompage énergivore dont les coûts devront être supportés à long terme par les habitants de Rochefort.

Lhoist défend, pour le bénéfice éphémère de ses actionnaires, un projet industriel qui aboutirait inéluctablement à la destruction définitive de la source des Rochefortois, alors que nous avons plus que jamais le besoin vital de préserver nos ressources en eau. L’abbaye défend bien entendu son alimentation, mais elle défend en même temps l’intérêt général, la protection d’une source d’eau potable qui alimentera la Ville et l’abbaye ad vitam.

Aidez-nous à protéger la Tridaine en partageant cet article!

Articles similaires

Plus d'actualités similaires